Aller à la page d’accueil du site
Vous êtes ici : Accueil > Alexandre > Le caractère d’Alexandre > Charisme et franchise
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Charisme et franchise d’Alexandre

Chacun pouvait aborder familièrement le roi, hors des exercices et des manœuvres. Les Compagnons et les Amis, mais aussi les phalangites dont il parlait le dialecte et qui, dans les marches comme dans les cantonnements, lui adressaient directement la parole, plaisantaient avec lui et se louaient de son affabilité. Le ton très libre des rapports entre les Macédoniens et leur roi, le droit égal à la parole ont surpris les narrateurs antiques qui ont souligné en revanche la difficulté qu’avaient les Orientaux à s’adresser à leurs potentats. (1)

Un caractère franc

Il faut insister notamment sur la franchise étrange du jeune homme, puis du roi, qui ne tolérait pas plus les conspirations contre sa personne que les mensonges de ses subalternes. Philippe, en le réprimandant publiquement d’avoir agi en sous-main pour empêcher le mariage de son demi-frère avec la fille du satrape Pixodaros, en 337, l’avait guéri à jamais des intrigues. La leçon a porté. Ce qui perdit Philotas, fils de Parménion, en octobre 330, c’est qu’il n’avait pas dit franchement à Alexandre ce qui se tramait autour de lui. Même les soldats endettés ou coupables d’amours vénaux trouvaient grâce à ses yeux, s’ils avouaient leurs dettes et leurs besoins.

Janus aux deux visages

Janus aux deux visages

Alexandre, qui aimait discuter avec les philosophes et même avec les Cyniques insolents, détestait « les Sophistes », c’est-à-dire les intellectuels qui, comme Callisthène, soutenaient n’importe quelle thèse, en faisant passer le vrai pour le faux et réciproquement.

Et le scandale de cette rhétorique était ressenti par tout l’état-major qui, en 328, entendait le Grec Callisthène d’Olynthe, cousin bavard d’Aristote, faire successivement et indifféremment l’éloge et la satire des Macédoniens. (2)

Alexandre ne tolère pas la déloyauté

Alexandre n’a jamais compris ni jamais admis la trahison, la perfidie, les moyens de se battre déloyaux. Scandalisé, outré de la déloyauté des Thébains et des Athéniens en 335, comme son père en 338, il se précipite avec toute son armée contre eux. Il est prêt à pardonner si on lui livre seulement deux coupables de parjure. Visiblement, il ne comprend rien aux tergiversations, aux négociations en sous-main avec l’adversaire perse, aux marchandages, à la diplomatie secrète, aux palinodies.  (2)

Le charisme d’Alexandre

Colin Farrell en Alexandre dans le film d’Oliver Stone

On ne peut réduire l’ascendant qu’Alexandre exerçait sur ses troupes à une ferveur religieuse aveugle envers un dieu. Les soldats lui obéissaient non comme à un dieu, mais comme à un chef à leur mesure, comme à un athlète accompli.

De plus, dans ses rapport avec les Macédoniens, Alexandre doit respecter certaines coutumes : il ne doit pas gouverner par des ordres tyranniques, mais par la persuasion ; dans leurs rapports avec le roi, les Macédoniens ont droit à l’égalité de parole (
isègoria).

Toutefois, l’obéissance dans cette armée repose plus sur le sentiment que sur la raison :


On n’obéit pas parce que l’on sait l’expédition méthodiquement préparée, les chefs conscients de leur valeur et de leur but, le dispositif sûr, la logistique éprouvée, les renseignements vérifiés : on obéit pour des raisons immatérielles, quasi religieuses, par foi en la parole d’un roi, garant et animateur de tous les rites pratiqués ici et là. Sa valeur militaire est une grâce, une faveur divine comparable à la valeur du dieu Zeus dont il est à la fois le descendant par Héraclès et Achille, le représentant et le prêtre sur la terre(1)

(1) Paul Faure - La vie quotidienne des armées d’Alexandre
(2) Paul Faure - Alexandre


Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page